Commissariat à la Réforme
du Secteur de la Sécurité (CRSS)

Audience Commissaire RSS avec le Chef pilier développement de la MINUSMA, des échanges ouverts

CRSS Pilier dev MINUSMA

La série d’audiences du Commissaire à la RSS avec les différents partenaires s’est poursuivie, dans l’après-midi du 4 novembre 2021, avec l’entretien que le Général de Division Abdoulaye Coulibaly a accordé au Chef du « Pilier Développement d’UNPOL/MINUSMA, Coordinateur RSS », Commissaire Général Thierry MARTIN. Présent au Mali, à peine un mois, le diplomate onusien, a estimé urgent de s’entretenir avec le Commissaire à la RSS en sa qualité de premier responsable d’une structure partenaire privilégiée sur laquelle il place un espoir pour la réussite de sa nouvelle mission. Le responsable de la Police des Nations Unies au sein de la MINUSMA, qui est à son premier long séjour sur le continent africain, a déclaré être venu au Commissariat « en mission de découverte et de présentation pour pouvoir s’intégrer dans un partenariat », car, pour lui, « le niveau stratégique est très important ». Après ses rencontres avec les directeurs généraux de la Police, de la Gendarmerie et de la Protection civile, il a fait part de sa volonté d’avoir « une articulation dans le panorama général de la Réforme du Secteur de la Sécurité ».
Le Général de Division Abdoulaye Coulibaly a souhaité la bienvenue à son hôte et l’a félicité pour sa nomination. Il a souligné que le « Pilier Développement d’UNPOL/MINUSMA », qui comprend les sections « Formation », « Réforme-restructuration » et « Projets », « englobe beaucoup de domaines qui sont transversaux avec les missions du Commissariat ». Selon lui, le « Pilier Développement » de la MINUSMA « appuie le commissariat à atteindre l’objectif de la RSS, à savoir la sécurité humaine, qui renvoie à la satisfaction du minimum de besoins des populations ». Il a ensuite expliqué que le Commissariat à la RSS a une mission transversale, car il entend booster les interventions des différents ministères pour garantir la sécurité humaine à travers la présence des Services techniques de l’Etat sur l’ensemble du territoire dans la mesure où l’absence de l’Etat auprès des populations favorise l’installation de l’ennemi qui finit par avoir la confiance des mêmes populations et se substituer à l’Etat.
Le Commissaire à la RSS a, par ailleurs, fait le point des grands dossiers traités par le commissariat. Il a notamment évoqué la police territoriale et la police de proximité. Il a porté à la connaissance de son interlocuteur que le commissariat travaillé sur un projet de doctrine de la police de proximité, élaboré avec l’appui d’USIP. A ce sujet, il a clarifié qu’il s’agira « d’une doctrine tenant compte des réalités maliennes et non un placage des réalités d’ailleurs ». « Nous prenons les propositions pour les adapter au contexte du Mali », a-t-il soutenu.
Le Chef « Pilier Développement de la MINUSMA » partage l’approche du Commissaire à la RSS en la matière. « Le Mali pilote. Nous vous apportons la technicité, mais ce sont les us et coutumes du Mali qui détermineront, bref la spécificité du Mali », confesse-t-il. En outre, il a fait état de sa détermination à travailler sur la cohésion des trois volets du Pilier Développement. « Je voudrais travailler sur le changement de paradigme au sein du pilier développement », a-t-il affirmé. Pour ce faire, il s’est dit disposé à travailler avec le commissariat. « Nous allons travailler ensemble ; nous voulons un contact pour intégrer la dimension de l’accompagnement stratégique » a-t-il annoncé. Sa disponibilité d’appuyer le commissariat a été favorablement accueillie par le Commissaire à la RSS qui a répondu : « nos portes sont largement ouvertes ». Avant de se séparer, les deux parties ont convenu de se retrouver régulièrement sans formalisme, mais dans l’immédiat, d’organiser une séance plus technique pour approfondir les thématiques abordées au cours de la présente rencontre.