Commissariat à la Réforme
du Secteur de la Sécurité (CRSS)

La société civile et la Réforme du Secteur de la Sécurité

15-07-23-rss_workshop_01

Avec l’appui technique et financier de la MINUSMA, à travers sa Section en charge de la Réforme du Secteur de la Sécurité et du Désarmement, démobilisation et réinsertion/réintégration (RSS6DDR, 50 femmes membres du Réseau National pour le Développement des Jeunes filles et Femmes du Mali (RENADJEF) ont participé à Bamako, les 14 et 15 janvier 2020, à un atelier d’information et de sensibilisation sur la « participation des jeunes filles et femmes dans le processus RSS-DDR »

Développer les connaissances des femmes membres de la société civile malienne sur les concepts et les processus de la RSS et du DDR et sensibiliser le maximum d’organisation de la société civile (OSC) sur l’évolution des deux concepts tels sont les objectifs assignés à l’atelier qui a regroupé une cinquantaine de participants venus de Bamako, Koulikoro, Kayes, Sikasso et Ségou. Constitués en majorité de femmes et jeunes filles représentantes d’une dizaine d’associations membres du RENADJEF, les participants se sont familiarisés avec le concept, les acteurs et les différentes étapes du processus de la RSS. Ils ont ainsi suivi des exposés sur le rôle des acteurs étatiques et on étatiques de la RSS, le contour du processus de DDR et l’accompagnement de la MINUSMA dans la mise en œuvre de la RSS/DDR au Mali. En outre, des communications ont porté sur l’importance de l’Accord pour la paix et la Réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger ; les Résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU telle que la résolution 2480 de 2019 qui mandate la MINUSMA et celle portant numéro 1325 de 2000 sur « Femme, Paix et Sécurité »

Les membres de la société civile ont aussi examiné la cartographie du Secteur de la Sécurité au Mali et analysé la place du genre dans le processus de la RSS/DDR.

Enfin, les échanges ont porté sur les acquis et le rôle de la société civile malienne, notamment les jeunes femmes, dans le retour de la paix au Mali.

Le conférencier Mamadou Konaté a déclaré que la RSS et le DDR sont encore méconnus par une grande majorité de citoyens ; d’où la tenue de la présente session de sensibilisation et de communication pour éclairer la lanterne des participantes sur les deux notions et leur indiquer les techniques susceptibles d’être utilisées par la société civile afin de jouer un rôle efficace dans la gouvernance du secteur de la sécurité.

Les différents animateurs de l’atelier ont souligné l’importance du choix des participants, composés essentiellement de jeunes filles et garçons. Représentant environ 62% de la population, la jeunesse malienne, particulièrement la composante des jeunes femmes, œuvre pour le retour de la paix et de la sécurité. A ce titre elle a un rôle prépondérant à jouer dans les débats en cours sur les questions de réforme du secteur de la sécurité, d’où la pertinence de l’organisation de l’atelier.

Dans l’ensemble, les participantes ont apprécié les échanges sur le rôle de veille des organisations de la société civile sur l’action publique dans la mise en œuvre du processus de RSS. Ils ont beaucoup apprécié les outils et démarches qu’ils peuvent désormais entreprendre pour influencer positivement la prise de décision et les politiques publiques en matière de la gouvernance du secteur de la sécurité.